ACT

Blog d'Arnauld Champremier-Trigano

30 janvier 2007

Sarkozy vu de Suisse

   
Incroyable article lu dans Le Matin, le quotidien suisse. Une bonne leçon de journaliste,  qui ne sera peut être pas reprise dans la presse française. En tout cas, ça donne envie d'enquêter sur le sujet...


Mainmise sur la presse tricolore
         
PARIS - IAN HAMEL
27 janvier 2007

                 
Les Français ne connaissent pas la société audiovisuelle ETC (Etudes, techniques et communication). Pourtant, ils ne cessent de voir ses productions à la télévision. C'est cette entreprise, appartenant à l'UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, qui filme le candidat Nicolas Sarkozy et qui ensuite vend (ou plus souvent donne) ses reportages aux chaînes de télévision françaises. «Le plus grave, ce n'est pas que Sarkozy organise ses propres reportages, mais que les télévisions acceptent ce procédé car il leur fait économiser de l'argent», proteste un journaliste parisien sous couvert d'anonymat.

Pourquoi se gêner? La société ETC jouit d'une excellente réputation professionnelle, elle offre des images parfaitement maîtrisées, avec des caméras face à la tribune, sur les côtés, et survolant la foule. Nicolas Sarkozy a même organisé le retour de Cécilia, son épouse, au domicile conjugal. Son photographe a pris soin de prendre les clichés à distance afin de faire croire qu'il s'agissait de photos volées par un paparazzi... Rien d'étonnant à cela. Comme le rappelle Frédéric Charpier dans son livre «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir» (1), l'actuel ministre de l'Intérieur avait imaginé un temps devenir journaliste.

Les journalistes au pain sec

Maire de Neuilly, dans la région parisienne, et président des Hauts-de-Seine, le département le plus riche de France, Nicolas Sarkozy courtise de longue date les patrons de presse, qui sont souvent ses administrés, comme autrefois Robert Hersant, propriétaire du Figaro et de 30% de la presse française, et aujourd'hui Martin Bouygues, le patron de TF1, dont le journal télévisé est regardé par 8 millions de personnes. «Il est non seulement l'ami des patrons de presse, mais il est aussi l'ami des rédacteurs en chef et des chefs des services politiques qu'il appelle tout le temps au téléphone. Sarkozy s'est aussi constitué une cour de sans-grade qui espionnent pour lui à l'intérieur des rédactions, recevant en compensation des informations exclusives ou des promesses de promotion», raconte un enquêteur connu de la presse parisienne.

Le climat est devenu tellement étouffant que ce journaliste demande non seulement que son nom n'apparaisse pas, mais que son journal ne soit pas mentionné non plus. «Je suis contraint de me méfier de mes propres collègues», déplore-t-il. Ministre de l'Intérieur, à la tête de deux services secrets, la DST et les Renseignements généraux (RG), Nicolas Sarkozy est un homme tout-puissant. Alors que ses «amis» journalistes sont abreuvés de scoops sur la délinquance ou sur le terrorisme, les autres rédacteurs se retrouvent au pain sec: les policiers ne leur parlent plus. Pire, ils découvrent que les Renseignements généraux ne font pas seulement des enquêtes sur les collaborateurs de Ségolène Royal, la candidate socialiste, comme Bruno Rebelle, ancien directeur de Greenpeace. Mais qu'à l'occasion, ils s'intéressent aussi à la vie privée des rédacteurs un peu trop à gauche. «Un proche de Sarkozy vous appelle au téléphone et lâche le nom de votre maîtresse, menaçant de le faire savoir à votre épouse si vous ne devenez pas davantage conciliant avec le candidat de l'UMP», s'étrangle un journaliste du Figaro. Un proche de Sarkozy que Karl Laské, journaliste à Libération appelle carrément «le lanceur de boules puantes».

Le livre à charge intitulé «Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus» (2), écrit par plusieurs journalistes parisiens sous le pseudonyme de Victor Noir, s'est vendu à plus de 25 000 exemplaires. Il est réédité en livre de poche.

Sarkozy propulse les ventes

«On montre du doigt le magazine Le Point pour ses 10 couvertures consacrées à Nicolas Sarkozy ces derniers mois. Le problème, c'est que ces 10 couvertures ont bien vendu. Les journalistes qui ne sont pas sarkozystes ne peuvent pas reprocher ce choix journalistique à leur direction», souligne François Malye, président de la Société des rédacteurs du Point.

(1) Frédéric Charpier, «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir», Editions Presses de la Cité, 304 pages

(2) Victor Noir, «Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus», Editions Denoël, 306 pages
                                       

Posté par Arno75 à 22:52 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    vue de Suisse

    Le matin c'est un quotidien de la suisse romande.

    Posté par Ahmed, 31 janvier 2007 à 00:01
  • fais gaffe...

    j'espère que tu n'avais pas prévu de commencer ton enquête en Belgique.

    Posté par Ahmed, 31 janvier 2007 à 00:03
  • Lapsus

    Serait-ce a cause de notre cher ami Belge qui, il y a quelques jours, reclamait a corps et a cri son sarkozy sur le site d'Ahmed?...

    Posté par Alex, 31 janvier 2007 à 00:36
  • La chambre du ministre

    oui, c'est le sens de l'article fait sur http://enguerrand.over-blog.org

    Posté par enguerrand, 31 janvier 2007 à 09:32
  • Oui Ahmed, jsuis en direct de Bruxelles, l'enquête est au point mort... bon je change le poste !

    Posté par ACT, 31 janvier 2007 à 12:33
  • Perso,ça me paraîssait évident que la presse lui appartenait,sarko fait des tonnes de couvertures,on le voit,on l'entend partout sur tt les sujets,il ne passe aucune info sans sarko(je me demande juste ce qui pourrait encore l'arrêter,étant donné qu'il est tout puissant)))(c'est pr cette raison,que j'adore les guignols de l'info son personnage est formidablement caricaturé,on peux au moins en rire si tt lui appartient)fondamentalement,les journalistes non sarkozystes sont certainement une espèces en voie de disparition,alors bon courage!!!!

    Posté par ESTELLANN, 31 janvier 2007 à 21:55
  • Rien que la vérité

    Putain avec tous les articles qu'on balance, on va tous finir en taule si Sarko passe...lol. En tout cas, je n'en demordrais jamais: toutes les vérités sont bonne a dire!!

    Posté par Mr.Joe, 02 février 2007 à 21:59

Poster un commentaire